Blogue

Assurance responsabilité professionnelle : quand l’utiliser?

Depuis 2013, le Programme d’assurance responsabilité professionnelle et civile, exclusif au membre de l’APDIQ, n’a de cesse de séduire. Ce programme, qui vise à protéger les designers d’intérieur des erreurs et omissions qu’ils pourraient faire dans l’exercice de leur profession, enregistre une adhésion régulière des membres, soit une augmentation de 10 % chaque année.

En devenant membre de l’APDIQ, tout designer a la possibilité de souscrire une police d’assurance Erreurs & Omissions et civile proposée par Jolicoeur Savard Assurance Inc. et LMS Prolink. À noter que même un membre travaillant à son compte a l’obligation de souscrire une police d’assurance et à ce titre peut être intéressé par les avantages offerts.

Assurance responsabilité professionnelle et civile : quels avantages?

  1. Une assurance, réservée exclusivement aux designers d’intérieur, membres de l’APDIQ, qui non seulement les protège, mais qui coûte aussi beaucoup moins cher que les polices offertes sur le marché. En moyenne, selon Francis Morrissette, courtier en assurance de dommages chez Jolicoeur Savard Assurance Inc., l’économie s’élève à 1 500 $ par rapport à d’autres programmes de même nature.

  2. L’accès à l’expertise d’un assureur et à celle d’un courtier qui connaissent bien le programme, car il l’utilise depuis une dizaine d’années.

  3. Un programme taillé sur mesure pour satisfaire les besoins des designers d’intérieur.

Ainsi, chaque année, pas moins d’une dizaine de membres procèdent à des ouvertures de dossiers avec l’assureur soit pour effectuer une mise en demeure, soit pour signaler un sinistre ou encore pour déposer une demande de réclamation.

Quelles sont les réclamations que les assureurs indemnisent?

Les assureurs indemnisent de nombreuses réclamations sous la police de responsabilité professionnelle. Voici quelques exemples tirés de situations réelles :

  1. À la demande de son client, une entreprise de designer d’intérieur commande des chaises d’une valeur de 100 000 $. Malheureusement, une erreur est commise dans le code du produit. Les mauvaises chaises sont produites. Elles subissent des modifications afin de répondre aux exigences du client.

Coût du sinistre : plus de 30 000 $.

  1. Une entreprise a effectué le design d’armoires de cuisine d’une valeur de 31 000 $. Après avoir été installées, le client affirme que les armoires n’ont pas le design convenu et demande qu’elles soient reconstruites et réinstallées.

Coût du sinistre : près de 30 000 $.

  1. Dans un projet de relocalisation dans un même édifice, les plans concernant l’électricité étaient jugés incomplets. Le designer n’avait rien à se reprocher, pourtant l’assureur a dû prendre en charge les frais pour le défendre.

Coût du sinistre : plus de 6 000 $.

Photo : Pexels / RDNE Stock Project 

 

 

Retour à la liste des nouvelles